Le savez-vous ?

L’Ecole nationale supérieure de Sécurité sociale (en3s) forme les managers de la Sécurité sociale :

> L’histoire de l’en3s

1960…

Le décret du 12 mai 1960 crée le CESSS, Centre d’Etudes Supérieures de Sécurité Sociale dont les principales missions consistent à assurer le recrutement, la formation et le perfectionnement du personnel d’encadrement, des agents de direction et des agents comptables des organismes de sécurité sociale.


1977…

Le CESSS est érigé en établissement public à caractère administratif par décret le 10 juin 1977 : il devient CNESSS, Centre National d’Etudes Supérieures de Sécurité Sociale et s’installe à Saint-Etienne en 1978. Son autonomie de gestion se renforce par le décret du 8 mai 1988. Cette importante réforme va lui permettre de recruter des agents de droit privé régis par les conventions collectives applicables au personnel des organismes de s écurité sociale. L’Ecole est désormais marquée de l’empreinte « Sécurité sociale ».

2004…

L’article 62 de la loi du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie transforme le CNESSS en Ecole Nationale Supérieure de Sécurité Sociale (en3s).

Ce changement de nom ne fait que renforcer les objectifs de l’Ecole :

  • répondre au défi de l’évolution démographique des agents de direction dans un contexte de diminution de la population active ;
  • s’adapter aux enjeux d’évolution du système de protection sociale ; en créant, notamment des formations adaptées aux politiques sociales d’aujourd’hui ;
  • renforcer l’attractivité de l’établissement et faciliter la communication auprès des étudiants de l’enseignement supérieur.

L’Ecole a formé depuis sa création, plus de 3000 élèves

Retour haut de page

> Les missions de l’en3s

Développer la cohésion sociale et consolider la solidarité entre les personnes et les générations, adapter la protection de chacun et de tous face aux mutations de la société, les défis des politiques sociales sont d’une ampleur exceptionnelle.
En consacrant prés de 30% de son revenu annuel (plus de 550 milliards d’euros) à la Protection sociale, la France érige les politiques sociales en premier investissement de la Nation.

Les 4/5ème de cet investissement concernent la couverture des seuls risques de Sécurité sociale de « base » : maladie, maternité, invalidité, décès, prestations familiales et de lutte contre l’exclusion, vieillesse, accidents du travail et maladies
professionnelles.

Protéger chaque Français contre les risques sociaux tout au long de leur vie : un défi qui exige un professionnalisme total de la part des dirigeants de la Protection sociale, dont la quasi-totalité est recrutée et formée par l’Ecole.

  • Détecter les potentiels de dirigeants d’organismes de Sécurité sociale et garantir un haut niveau de sélection
  • Organiser des cycles de formation adaptés au développement des compétences
  • Promouvoir les coopérations professionnelles au niveau européen et international
  • Développer la connaissance collective du domaine sanitaire et social

Retour haut de page

> Les trois voies d’accès aux fonctions de dirigeants de la Sécurité sociale

  • Le concours d’entrée à l’EN3S (équivalent catégorie A+ de la Fonction publique). Environ 75% des dirigeants en activité sont issus de cette voie. Entre 60 et 70 élèves-stagiaires recrutés chaque année pour moitié issus du concours externe et pour moitié issus du concours interne. Depuis 2009, quelques postes supplémentaires sont réservés à une sélection internationale de candidats « internes » en activité dans les organismes de protection de leur pays d’origine. L’ensemble des informations relatives au concours d’entrée, aux différentes épreuves et programmes associés sont disponibles sur le site de l’École
  • La prise en compte de l’expérience professionnelle de dirigeants déjà en activité, et non titulaires du titre d’ancien élève. Après un accès à une première fonction de direction sans passer par le concours d’entrée, l’évolution professionnelle de ces dirigeants est conditionnée par une durée d’expérience professionnelle minimale et par le passage par l’Ecole et la validation par celle-ci de leurs compétences.
  • La prise en compte de l’expérience professionnelle de fonctionnaires des trois fonctions publiques (Etat, Collectivités territoriales, Hôpitaux). Elle nécessite une durée d’expérience professionnelle minimale dans le domaine sanitaire et social mais ne nécessite pas de parcours diplômant ultérieur.

Pour l’ensemble des trois voies, les nominations de dirigeants sont conditionnées par un système d’évaluation des compétences et des potentiels, se traduisant par une inscription sur les listes d’aptitude nationales publiées chaque année au journal officiel.

Pour en savoir plus, voir le site de l’en3s

Retour haut de page